Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

édition

  • Nuits d'encre

    Et voilà ! Notre troisième recueil collectif a commencé sa vie ! C'est fou ce qu'il peut y avoir de variations sur le thème de la nuit ! Les vingt-quatre auteurs des Mots Migrateurs s'en sont donné à coeur joie . Conte, fait divers, fantastique, on en trouve pour tous les goûts.

     

    Nuits d'encre, collection  : L'écriture en partage, Mots Migrateurs éditeur ; ISSN 2105-0511 ; ISBN 9782953 087994 ;

    Prix de vente 12,50 (pas cher pour 245 pages)

    Sur demande auprès des auteurs ( m'envoyer un mél !)

     

    Voir le communiqué de presse du lancement : CPLivreLivreCollectif.pdf

  • Recherche encore éditeur...flop !

    Territoire gris, gris comme le temps, gris comme la pluie. Inondés de textes, les éditeurs refusent même les manuscrits. Ils ferment leurs portes ; ceux qui acceptent encore de lire annoncent des délais de six mois à un an, ou tranchent dans le vif "votre manuscrit ne correspond pas à ce que nous souhaitons éditer" ; la réponse revient en boomerang, sans qu'ils aient eu le temps de déchiffrer plus que le titre et le résumé (en diagonale). Ce que je propose n'est jamais dans le bon créneau : "on recherche plutôt de la fantasy, du space opera,...". On dirait que les éditeurs de SF s'hyper spécialisent, et les généralistes ne veulent pas se lancer dans le genre. Il reste bien peu d'espace pour un roman d'anticipation un peu classique !

    Décidément, que ce soit que ce soit dans l'agro-alimentaire, la haute technologie ou la littérature, la conjoncture est morose.

    Et pourtant, la rentrée "littéraire" nous a abreuvé de plusieurs centaines de livres ; il y a donc encore des lecteurs ?

    Les miens resteront un minuscule carré d'amis qui m'ont fait l'honneur et le plaisir de bien vouloir se pencher sur mes écrits. Merci !

  • Territoire gris...en rade

    Encore une fois, devoir tout recommencer ! L'éditeur boit le bouillon, et me voilà en rade avec mon manuscrit. Et pourtant, il parait que les gens recommencent à lire. Si, si ! Je rêve du jour où je verrai un quidam assis dans le métro, mon "Territoire gris" entre les mains, tellement absorbé par sa lecture qu'il en oubliera de descendre à la bonne station.

    à suivre...